[Couture] Tout savoir sur le biais et le passepoil

Une fois n’est pas coutume, je publie aujourd’hui un billet technique dans le domaine de la couture sur le biais et le passepoil. Ces petits morceaux de tissus peuvent réellement changer vos créations et leur apporter une touche d’originalité, d’élégance ou de qualité de finition. Commençons par le biais et nous terminerons par le passepoil.

Tout savoir sur le biais

Le biais est une bandelette de tissu qui ressemble à un ruban et il n’est pas très large.

Qu’est-ce que le biais ?

Comme son nom l’indique, il est coupé dans l’oblique du tissu. Géométriquement parlant, c’est la bissectrice de l’angle droit formé par la chaîne et la trame. Il a donc la particularité d’être très élastique.

Vous pouvez l’acheter en mercerie au mètre ou bien le découper dans un coupon de tissu. Vendu au mètre, il est souvent déjà préparé, c’est-à-dire plié. Il existe en différentes largeurs, entre 2 et 3 cm.

Vous trouverez toutes sortes de biais, unis ou à motifs, et dans toutes sortes de matière : coton, gaze de coton, simili cuir, lurex, satin, jean, crêpe… Vous trouverez même du biais en jersey ! Certains biais peuvent être chers. Cela est normal : comme il est coupé dans l’oblique du tissu, il faut beaucoup de tissu pour faire quelques mètres de biais.

Pour le découper dans un coupon, rien de plus simple : il faut tracer un angle de 45° à la lisière. Vous pouvez vous aider pour cela d’une règle japonaise où les angles à 45° sont marqués. Selon la longueur souhaitée, vous pourrez raccorder ensuite les différents morceaux de biais entre eux comme nous le verrons ci-dessous. Si vous l’achetez en mercerie, vous pourrez remarquer les raccords.

Pourquoi utiliser le biais ?

Le biais est utilisé pour les finitions de bordure, que cela soit pour les vêtements (surtout les vêtements des enfants) ou pour les accessoires. Il a à la fois une fonction technique (parfaire une bordure et donc éviter de laisser un bord à vif) mais aussi décorative car il peut apporter une touche de couleur et d’élégance. Il peut être utilisé de différentes façons.

Vous pouvez utiliser du biais pour finir un accessoire ou un vêtement en le posant en bas d’une manche, en bas d’un vêtement, sur une poche, sur un col ou à l’emmanchure pour les hauts sans manches. Par exemple, j’ai utilisé un biais en liberty pour ganser les bords de ma ceinture à outils de couture.

Vous pouvez également vous servir de biais pour réaliser des coutures bordées. On trouve ce type de coutures dans les vêtements non doublés comme les robes, les jupes ou encore les vestes. Le biais recouvre le bord à vif de la marge de couture. En faisant cela, vous réaliserez une plus belle finition que si vous surfiliez simplement le bord du tissu. Un biais à motif ou un biais contrastant d’un point de vue de la couleur peut faire un bel effet de surprise. Pensez simplement à prévoir une marge de couture plus large.

Enfin, le biais est également un élément dans certaines techniques de couture comme les fentes de manche. Lorsque le bas de la manche est resserré par un poignet, il faut établir une fente pour le passage de la main, plus large que le bas de votre bras. Cette fente peut être bordée d’un biais, c’est ce qu’on appelle une fente indéchirable.

Comment coudre du biais ?

Il y a quatre façons de monter un biais :

  • Le biais à cheval
  • Le biais simple à plat
  • Le biais double à plat
  • Le biais en placage

Voici une vidéo de la chaîne 432 Hz couture qui vous explique toutes ces techniques ainsi que la couture d’un biais dans un angle droit, la couture d’un biais sur une courbe convexe et sur une courbe concave.

Si votre biais n’est pas assez long, vous aurez à faire un raccord, c’est-à-dire coudre ensemble deux morceaux de biais pour en avoir un plus long. Vous aurez aussi à faire un raccord si vous posez un biais sur un col ou une emmanchure.

Pour réaliser un raccord, rien de plus simple :

  1. Posez vos deux morceaux de biais endroit contre endroit en formant un angle droit ;
  2. Tracez la diagonale qui joint les deux angles opposés du carré du dessus ;
  3. Réalisez une couture sur cette diagonale, pressez, ouvrez au fer et coupez l’excédent de tissu.

Voici une vidéo explicative :

La règle d’or à connaître concernant le biais est la suivante : pour repasser le biais, il ne faut surtout pas faire des allers et retours. Pressez simplement. Si vous faites des mouvements d’allers et retours, votre biais se déformera. Comme je l’ai écrit ci-dessus, le biais est très élastique.

Tout savoir sur le passepoil

Comme le biais, le passepoil est un ruban de tissu.

Qu’est-ce que le passepoil ?

Le passepoil est en fait confectionné à partir du biais. C’est un morceau de biais dans lequel on a inséré une cordelette. Vous pouvez l’acheter en mercerie déjà prêt ou bien le réaliser vous-même, comme nous le verrons plus loin.

Vous trouverez en mercerie toutes sortes de passepoils, uni ou à motifs, dans toutes sortes de matières : coton, satin, simili cuir, lurex, velours, jeans, lin.

Pourquoi utiliser du passepoil ?

Le passepoil sert à souligner les bords et les coutures. C’est la raison pour laquelle on choisit souvent une couleur ou une matière contrastante. Vous pouvez l’utiliser pour réaliser vos accessoires ou vos vêtements.

Le passepoil est cousu entre deux épaisseurs de tissu. Il souligne les bords, par exemple, d’un coussin, d’un set de table, d’un sac… Vous pouvez également le poser en deux parties d’un vêtement pour souligner les coutures. Par exemple, lorsqu’un devant ou un dos est en plusieurs parties (découpe princesse ou autres empiècements) ou bien entre une manche et son poignet comme je l’ai fait pour la blouse Møme de chez P&M Patterns. J’ai choisi de réaliser des manches 3/4 et de poser un passepoil entre la manche et le poignet !

Comment coudre du passepoil ?

Tout d’abord, voyons comment réaliser votre propre passepoil. Pour cela, rien de plus simple. Il vous suffit d’insérer dans un morceau de biais une cordelette et de coudre, envers contre envers, le biais bien au bord de la cordelette. Pour cela, utilisez un pied presseur pour fermeture éclair invisible, un demi pied presseur ou un pied spécial passepoil afin de piquer le plus près possible du cordon.

Pour coudre un passepoil, entre deux épaisseurs de tissu, il vous suffit de placer face à vous le premier tissu à l’endroit puis de poser sur le bord le passepoil et ensuite de poser l’autre morceau de tissu envers face à vous. Vous pouvez épingler le tout ou bien bâtir. Pour ma part, je préfère coudre un fil de bâti car ainsi rien ne risque de bouger lors de la couture. Pour coudre le tout, utiliser un pied spécial fermeture à glissière, un demi pied presseur ou un pied spécial passepoil afin de piquer le plus près possible du cordon.

Pour raccorder un passepoil, la technique est moins compliquée que pour raccorder un biais :

Enfin, pour coudre un passepoil dans un angle, vous devrez cranter le passepoil pour qu’il prenne la forme de l’angle.

J’espère que ce billet vous a plu et vous aura convaincu d’utiliser du biais et du passepoil. Personnellement, je ne les utilise pas beaucoup dans mes créations, juste parce que je n’y pense pas forcément. Au fil de mes années de couture, j’ai appris en tout cas à les maîtriser et lorsque je les utilise, je réalise maintenant un travail de belle facture et c’est tout ce qui m’importe !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.