[Couture] La chemise Hedwige de République du Chiffon

C’est le troisième vêtement que je réalise de la marque de patrons République de Chiffon, après le manteau Ernest et la jupe Frankie. Cette fois-ci, il ne m’était pas destiné. C’est un cadeau que j’ai fait à une amie, l’occasion pour moi de travailler un peu autrement.

La chemise Hedwige est une chemise ample, de type boyfriend. Elle se compose notamment dans le dos d’un empiècement et de fronces au milieu du dos pour créer de l’ampleur. Cette chemise est simple à réaliser et convient parfaitement aux débutant.e.s (difficulté 1/4).

Je l’ai fabriquée dans un coton à chemise, d’un coupon acheté au Marché Saint-Pierre. Le sous-sol propose quelques merveilleuses, des coupons et des restes de rouleaux qui valent le détour. Les boutons ont été achetées à l’Atelier Brunette.

Ajuster la chemise

Comme le vêtement n’était pas pour moi, j’ai d’abord réalisé une toile afin de pouvoir ajuster le vêtement. Cela m’a permis d’ajuster le patron aux mesures de mon amie. Évidemment, lorsque vous réalisez des vêtements pour vous, vous pouvez également les ajuster et vous pouvez aussi passer par l’étape « toile à patron ». Personnellement, comme je choisis de très bons patrons, bien taillés, je les ajuste rarement.

Lorsque vous réalisez une toile, il n’est pas nécessaire de reproduire tout le vêtement. Il faut, pour un haut, coudre le devant, le dos et les manches. Pour un pantalon, il faudra coudre les deux pattes ensemble et cela suffit. Inutile de faire le col, les poches, les fermetures (braguettes, fermetures éclair, boutons et boutonnières). Toutefois, pour cette toile, j’ai fait les boutonnières et cousu les boutons pour pouvoir ajuster la largeur de la patte de boutonnage si besoin. J’avais aussi monté le poignet d’une des manches sans le fermer. A vous de voir selon l’essayage que vous voulez faire. Je vous conseille pour aller plus vite de coudre au point le plus long. Ainsi, si vous devez découdre pour refaire une partie au moment de l’essayage, cela ira plus vite.

Au moment de l’essayage, j’ai donc fait attention aux points suivants :

  • Le tenue générale du vêtement ;
  • La longueur du vêtement ;
  • La longueur de la manche ;
  • La largeur du poignet ;
  • La croisure.

Pour ce vêtement, je n’ai modifié que la manche, trop longue. Mon amie ayant choisi un tissu à motif, j’ai marqué les points les plus saillants de la poitrine. Vous devez, en effet, faire attention lorsque vous avez un tissu à motif à éviter de mettre les motifs à certains endroits du corps, à moins que cela soit l’effet souhaité.

Pour ajuster la longueur de la manche et la largeur du poignet, j’ai retravaillé le patron papier. J’avais mesuré lors de l’essayage la longueur totale souhaitée. J’ai enlevé à cette mesure la hauteur du poignet. J’avais donc 4,5 cm à enlever de la longueur de la manche. J’ai supprimé cette mesure sur le haut de la manche. À partir de l’emmanchure, j’ai tracé une ligne à 4,5 cm puis une autre ligne à 4,5 cm de la première ligne. J’ai ensuite plié le papier en faisant correspondre ces deux lignes. Ainsi la chemise était plus courte de 4,5 cm. J’ai enfin ajouté deux bandes de papier sur les côtés de la manche puis retracé les côtés de la manche de l’emmanchure au poignet. [Mettre des photos]

Mon amie ayant un poignet très fin, j’ai tracé des repères pour créer des plis. Lors de l’essayage, j’avais fait des traits pour repérer la largeur que devait avoir le poignet. J’ai ensuite divisé cette mesure en trois pour réaliser trois plis de 3,2 cm. J’ai fait des plis sur le devant de la manche uniquement car il y a sur le dos la fente indéchirable.

Pour la tracer, car il n’y a pas de fente dans le patron original, j’ai pris comme repère le patron de la chemise Far West. Elle se trouve à 6,5 cm de la couture du dos et sa hauteur est de 9 cm.

Les points techniques

Comme je l’ai écrit précédemment, cette chemise est simplifiée pour les débutant.e.s en couture. Étant loin d’en être une, j’ai volontairement modifié le patron. Je m’explique : j’ai ajouté aux manches une fente indéchirable et j’ai doublé l’emplacement dos. Normalement, pour ce type d’empiècement, la pièce extérieure est doublée d’une pièce intérieure et ainsi les coutures d’épaules et de dos sont prises en fourreau. Enfin, j’ai réalisé des coutures fermées.

En ajoutant tout cela, les point techniques sont les suivants :

  • Les raccords ;
  • Les fronces du dos ;
  • L’empiècement dos ;
  • La fente indéchirable ;
  • Le montage des manches ;
  • Le montage des poignets ; [Mettre lien]
  • Le montage du col ;
  • Les boutonnières et les boutons ;
  • Les coutures fermées.

Je ne détaillerai pas l’ensemble de ces points techniques dans ce billet.

Les raccords

Je ne m’attardais pas sur ce point technique qui mériterait un billet à lui tout seul mais sachez que j’ai fait sur cette chemise un gros travail sur les raccords, notamment sur le raccord entre le devant droit et le devant gauche.

Les fronces

Dans ce vêtement, il y a deux types de fronces. Comme je l’ai écrit précédemment, il y a des fronces au milieu du dos, pour créer de l’ampleur mais vous ferez aussi des fronces « techniques » sur la tête de manche pour vous aider à répartir l’embu de la manche, c’est-à-dire le surplus de tissu à cet endroit. Ce surplus est normal ; il sert à former l’arrondi de l’épaule.

Pour coudre vos fils de fronces, vous avez deux solutions : soit vous les cousez à la machine à coudre, soit vous les cousez à la main. Pour les réaliser à la machine à coudre, vous devez allonger la longueur de votre point au maximum et abaisser la tension du fil. Je possède la Jade™ 20 de la marque suédoise Husqvarna. Je règle donc la longueur à 5. Pour la tension, je ne l’abaisse pas totalement à 0 mais je la mets à 2. Il m’est arrivé un malheur lorsque j’ai baissé les premières fois la tension à 0 pour faire un fil de fronce. Cela a bloqué les griffes et décalé mon aiguille. J’ai dû l’envoyer en réparation. Je vous conseille donc de faire un test avec votre machine avant de vous lancer. Si vous réalisez les fronces à la main, vous devrez faire des point très réguliers.

Que vous cousiez vos points à la main ou à la machine, il faut coudre deux fils de fronces à 2 mm de chaque côté de votre marge de couture. Si votre marge est de 1 cm, vous devrez coudre un fil de fronce à 0,8 cm et un autre à 1,2 cm. Ensuite, il vous suffit de tirer sur les fils, soit sur l’endroit ou l’envers mais pas les quatre fils en même temps, sinon rien ne se froncera ! Enfin, une fois le vêtement cousu, vous devez enlever vos fils de fronces qui sont des fils de construction.

J’ai cousu les fils de fronces du dos et des manches à la main pour pouvoir les répartir au mieux, de part égale de chaque côté du milieu dos et de l’emmanchure.

L’empiècement dos

Comme je l’ai écrit précédemment, dans ce patron, l’empiècement dos qui couvre les épaules est en une seule pièce alors que normalement, il est en deux pièces, l’une à l’intérieur et l’autre à l’extérieur du vêtement. Cela implique de coudre le dos et les épaules en fourreau. J’ai donc fait le choix de doubler cette pièce car ce n’est pas la première fois que je fais cette technique.

J’ai l’habitude de la coudre en deux temps. Tout d’abord, je couds l’empiècement dos extérieur au dos, endroit contre endroit à 0,7 cm du bord, si la marge de couture est de 1 cm. C’est un fil de bâti, je ne fais donc pas de point d’arrêt et je couds au point le plus long. Je presse et j’ouvre les coutures. Puis je couds l’empiècement dos intérieur au dos à 1 cm du bord (marge de couture de 1 cm), endroit de l’empiècement contre envers du dos. Je presse et j’ouvre les coutures. Je couche toutes les coutures vers l’empiècement intérieur et je dégrade les coutures en escalier, la première marge à 5 mm de la couture et la seconde marge, celle du dos, à 8 mm. Je ne coupe pas toutes les marges à la même hauteur pour ne pas créer une surépaisseur.

Pour coudre les épaules aux empiècement dos, vous pouvez procéder de la même façon et vous aider en cousant des fils de bâti. Je réduis les marges de la même façon. Sur cette partie, il est plus compliqué d’ouvrir les coutures au fer. Je les ouvre à la main et passe le fer dessus avec un peu de vapeur. Ensuite, lorsque je repasse sur l’endroit, je tire un peu sur le tissu pour éviter les plis.

La fente indéchirable

J’ai ajouté sur ce modèle une fente indéchirable. Cette ouverture permet à la main de passer car elle est plus large que le bas de la manche. Le patron est normalement construit de façon à ne pas faire cette technique. Comme je n’ai pas compris cette construction, j’ai donc décidé de réaliser une fente indéchirable. Pour la tracer au bon endroit de la manche, j’ai utilisé comme modèle la chemise Far West que j’ai cousue l’hiver dernier et dont je suis très contente.

Fente indéchirable et poignet

Voici la vidéo de Filoute qui montre le montage d’une fente indéchirable :

Le montage des manches

Pour monter une manche dans les règles de l’art, vous devez d’abord monter le vêtement (dos et devant) puis fermer la manche. Ensuite, il faut poser les fils de fronces sur la tête de manche puis coudre la manche au vêtement. Retournez la manche sur l’endroit et introduisez-la dans le vêtement, endroit contre endroit. Pour cela, faites correspondre les crans et répartissez les fronces de manière égale. C’est pour cela qu’il faut mieux les faire à la main. Vous pouvez bâtir le tout avant de coudre. En cousant, vous devez faire attention à ce que les fronces soient contre le pied de biche et non contre la grille pour éviter des problèmes d’entraînement du tissu.

Les coutures du côté du vêtement et de la manche doivent parfaitement correspondre. Ce détail prouve que la manche est correctement montée.

Le poignets et le col

Pour ces deux points techniques, je vous renvoie à mes billets précédents. Pour le col, cliquez ici et pour les poignets, cliquez .

Les coutures fermées

Pour ce vêtement, j’ai choisi de faire des coutures fermées plutôt que de surfiler les bords. En effet, si vous voulez qu’un vêtement, comme une chemise, dure le plus longtemps possible, il vaut mieux réaliser des bords fermées. Avec le temps et les lavages successifs, les coutures surfilées peuvent se défaire.

Fausse couture anglaise

Pour réaliser ces coutures fermées, j’ai coupé mes pièces avec 2 cm de marge de couture. Comme je l’ai écrit précédemment, j’ai doublé l’empiècement dos et ainsi les coutures d’épaules et du dos sont prises en fourreau. Restaient les coutures de côté du vêtement, des manches et celles des emmanchures. Pour les coutures de côté, j’ai choisi de faire de fausses coutures anglaises et pour les emmanchures j’ai posé un biais. J’avoue avoir eu des difficultés pour une chemise précédente à faire des coutures ourlées aux emmanchures. J’ai donc préféré utiliser du biais qui se prête parfaitement aux parties courbes et circulaires. J’ai bien sûr recoupé mes 2 cm de marge avant de coudre le biais. Si vous voulez en savoir plus sur le façon de coudre du biais, cliquez ici et sur les coutures fermées, cliquez .

L’ourlet

Comme beaucoup de chemises, le bas de celle-ci est joliment arrondi. Coudre l’ourlet peut donc être un peu délicat. Voici pour ma part comment je procède. Je couds, tout d’abord, un fil de bâti à 2 cm du bord. Pour information, l’ourlet est de 1 cm. Ce fil de bâti me permet ensuite de former l’ourlet en repliant 1 cm, puis 1 autre centimètre. Ensuite, je couds un fil de fronces dans les parties arrondies du bas de la chemise à 0,3 cm du bord. Ce fil me permet de froncer légèrement cette partie afin de réduire l’embu, tout simplement, comme je l’ai fait pour ma jupe en Super-Wax. Voici le dessin explicatif que j’avais fait pour expliquer cette technique.

Comme vous le voyez sur ce dessin, le bas de la jupe (la ligne rouge) est plus longue que la ligner verte. Cela signifie qu’il y a donc plus de tissu. Il faut donc répartir le surplus de tissu en le fronçant légèrement pour former l’ourlet.

Je forme donc au fer l’ourlet en pliant tout d’abord 1 cm. Sur les mêmes parties arrondies, je mets à nouveau un fil de fronce mais à 2 mm du bord de la pliure que je viens de faire. Je réduis alors l’embu de ce pli avant de terminer l’ourlet et de faire un nouveau pli d’1 cm au fer. Enfin, il ne vous reste plus qu’à coudre votre ourlet sur l’endroit. Pour finir, contrôlez votre piqûre et pressez au fer. Vous pouvez alors retirer tous vos fils de construction : le fil de bâti et les fils de fronces. Le résultat : contrairement à certaines chemises du commerce, le tissu ne vrille pas !

J’aime beaucoup le style de cette chemise de type boyfriend très ample. Je ne suis par contre pas du tout convaincue par la couture de la manche. Je pense que même si c’est un patron pour débutant.e, il faudrait mieux y mettre une fente indéchirable, comme il se doit. Évidemment, j’ai complexifié la fabrication de cette chemise en l’ajustant (c’est donc de la demi-mesure) mais aussi avec les raccords de motif et les coutures fermées. Comme quoi même un patron simple peut devenir un vrai challenge en changeant quelques détails !

Enfin, je suis vraiment contente du résultat. Cette chemise fait sans aucun doute partie des plus beaux vêtements que j’ai réalisés. Par ailleurs, elle plaît beaucoup à mon amie, ce qui est pour moi la plus grande des satisfaction.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.