[Couture] Coussins de repassage : cochon et rouleau

Certains pourraient être surpris de voir le mot « cochon » dans le titre d’un billet consacré à la couture. Mais cela est à fait normal. Le cochon de repassage, appelé aussi coussin de tailleur, désigne un coussin rond servant à repasser les parties arrondies et en volume d’un vêtement : pinces, têtes de manche, cols, poignets. En anglais, on appelle ce coussin « tailor’s ham », littéralement, le « jambon de tailleur ». Quant au rouleau, il désigne un coussin cylindrique servant à presser les coutures. En repassant notamment vos ourlets sur un rouleau, vous éviterez ainsi que l’ourlet fasse une marque sur l’endroit.

Ces deux coussins ont la particularité d’être très rembourrés et très fermes. Ils possèdent une face en lainage et une autre en coton selon le type de tissu que vous travaillez. Vous pouvez faire comme moi et les réaliser vous-même. J’ai utilisé le tutoriel d’Elsa Couture que vous trouverez sur YouTube avec les patrons à télécharger.

Fabriquer ses propres coussins est clairement plus économique et écologique car vous pouvez ainsi employer vos chutes de tissus. Pour ma part, j’ai utilisé, pour les réaliser, le reste d’un lainage dans lequel j’avais fait ma dernière jupe droite noire pour l’hiver. Pour l’autre face, j’ai utilisé un coton uni bleu turquoise qui m’avait servi à réaliser plusieurs accessoires. Un conseil : il faut vraiment bien rembourré ces deux coussins de façon à ne pas pourvoir enfoncer le pouce lorsque vous appuyez dessus. Vous aurez donc besoin de beaucoup de chutes pour les rembourrer.

J’ai rembourré mes coussins avec de vieux tee-shirt en coton, sortis de ma garde-robe après un tri drastique.

En couture, le repassage est une étape primordiale. Vous devez, en effet, repasser chaque couture que vous venez de faire. Cela permet de bien rentrer les points à l’intérieur et rend ainsi la couture plus solide. Vous verrez que certains livres de couture (un peu anciens comme le mien) parle de « pressage » et non de « repassage ». Quand on repasse, on fait glisser le fer, or quand on presse une couture, le fer reste en contact avec le tissu. Pressez toujours sur l’envers (sauf exception) pour ne pas risquer de lustrer votre tissu et veillez à toujours enlever les épingles pour ne pas abimer votre fer. Pour presser certains tissus fragiles (comme le wax ou la laine), j’utilise une pattemouille, c’est-à-dire un torchon en coton humidifié.

Les coussins de repassage sont devenus pour moi indispensables. Ce sont des outils que l’on pense superflus quand on commence la couture mais une fois qu’on y a goûté, on ne peut plus s’en passer !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.