[Tendances] Hygge, le concept tendance au côté obscur

Avec une dizaine de livres publiés sur le sujet depuis l’hiver dernier, impossible que vous soyez passé à côté de ce concept, le hygge ! Sans compter que sur Instagram, le hashtag hygge se retrouve dans plus de 2 millions de publications. Le terme « hygge » vient du danois et ne se prononce pas comme vous le pensez. Il faut le prononcer « hoogah ». Cette petite vidéo vous aidera à le prononcer correctement.

En ce printemps 2017, les livres sur le sujet continuent de fleurir. L’occasion pour moi de revenir sur le hygge, que l’on associe souvent à l’hiver mais qui se pratique tout au long de l’année.

Origines et définition

Le terme « hygge » est apparu pour la première fois dans des écrits danois entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle. C’est un mot norvégien qui signifie « bien-être ». Il faut savoir qu’à l’époque, le Danemark et la Norvège ne formaient qu’un seul pays. Ce mot n’a pas d’équivalent en français. On peut le traduire par « sentiment intime ». On peut le définir comme un art de vivre, une philosophie de vie ou encore un état d’esprit. Pour ma part, dans ce billet, j’ai choisi le mot de concept par commodité.

Ce concept scandinave prône les valeurs d’un confort simple et chaleureux. Il part du principe que les meilleures choses sont gratuites, que le bonheur vient lorsque l’on se concentre sur l’essentiel : les amis, la famille et le confort (véritable obsession des Danois). Il repose sur les valeurs de solidarité et de partage. L’élément-clé est donc le chez-soi. Les Danois, en effet, privilégient leur home sweet home pour leur soirée. Leur vie sociale est active, notamment pour lutter contre le manque de luminosité, le froid et la morosité de l’hiver.

 

Comme se traduit le hygge concrètement ?

Le hygge est donc un état d’esprit qui pousse les Danois à se réunir dans une ambiance chaleureuse pour partager un bon moment ensemble. Ils prennent du bon temps et se relaxent.

Même s’il se pratique toute l’année, le hygge est associé à l’hiver. Au Danemark, il est rude et particulièrement long. Quant aux journées, elles sont très courtes en hiver car le soleil se couche vers 15h. Le hygge est donc une véritable stratégie de survie hivernale. Pour « survivre » à ces conditions hivernales difficiles, les Danois reçoivent leur famille et leurs amis chez eux. Ils partagent un bon repas, prennent plaisir à boire et à manger, jouent à des jeux de société. Ils illuminent leur intérieur en allumant des bougies. Avec 6kg consommés par an et par habitant, les Danois sont les plus gros consommateurs de bougies. Prendre un bain et s’occuper de soi font partie aussi de cet état d’esprit.

Bougies, chocolat chaud… Les Danois savent créer des ambiances confortables. Source :
Hygge på Bodega, Jacob Bøtter, Flickr

 

On comprend alors l’importance de la décoration et du design puisque les Danois passent beaucoup de temps chez eux. Ils privilégient les matières naturelles et les meubles dans différentes essences de bois. De plus, en multipliant les sources de lumière, ils créent un éclairage doux et modulable.

Camilla Schousboe, fondatrice de Nordkraft, concept store dédié au design danois, affirme :

Au même titre que la nourriture et la mode en France, le design et la décoration font partie de l’ADN du Danemark. Pour les Danois, il est important d’avoir un chez soi agréable à vivre car ils y passent tout leur temps. À la maison, on allume systématiquement des bougies partout, c’est obligatoire ! Il y a aussi toujours un plaid ou une couverture sur le canapé.

En été, les Danois font des piques-niques dans les parcs, des barbecue entre amis, assistent à des concerts en plein air et participent à des festivals de rue. Ils font aussi des balades à vélo. C’est ainsi que s’exprime le hygge en été.

Quelle que soit la météo, les Danois font du vélo ! Source : Woman relaxes herself on a bicycle footrest in Copenhagen, Steven Vance, Flickr

Le hygge est un vecteur de valeurs très fortes pour les Danois que sont le partage et la solidarité, valeurs que l’on retrouve dans le DIY. L’hiver est l’occasion de faire des choses par soi-même : une recette, une bougie, s’occuper de ses plantes ou faire du tricot. Ces activités sont des activités stimulantes et créatrices qui rendent heureux.

Tricoter des chaussettes au coin du feu… Source : Franziska, Pixabay

Cet état d’esprit est en tout cas profondément ancré dans la manière de vie des Danois précise Camilla Schousboe. La société danoise est en fait basée sur l’égalité, la solidarité, la tolérance, la confiance et la liberté. Leur système éducatif pousse les enfants à aller vers ce qu’ils aiment et non ce que l’on attend d’eux. Il apparaît comme irréprochable ou presque : pas de fraude, une école gratuite et même des bourses pour les étudiants, sans oublier l’égalité entre les hommes et les femmes. Malgré un taux de suicide élevé (il est de 8,8 pour 100 000 habitants et donc inférieur à la moyenne européenne qui est de 12,3) et une consommation d’antidépresseurs élevé, le Danemark est l’un des pays les plus heureux au monde. Il a longtemps été en tête du classement, mais détrôné en 2017, il reste tout de même à la seconde place, après la Norvège. Le bonheur n’a de valeur que s’il est partagé et les clés du bonheur résident dans la solidarité et l’unité. Le hygge est donc l’expression d’une unité, le sentiment d’appartenance à une grande maison qui a aussi une face cachée.

L’hiver à Copenhague. Source : Copenhagen Winter (1987), Hunter Desportes, Flickr

Ce que cela dit de la société danoise

Le hygge est une histoire de transmission, une histoire de famille. A Copenhague, il est omniprésent et presque invisible. Il est notamment dans les expressions utilisées pour dire bonjour : « hyg dig » ou « have hygge ». Il crée donc des frontières culturelles que les étrangers ne peuvent pas franchir. Le hygge ne peut exister qu’entre des groupes qui se connaissent déjà.

Pour Susan Ahmed, en effet, chanteuse danoise de parents irakiens qui tente de percer, il y a deux sortes de hygge : un pour les immigrés comme elle, et un autre pour les Danois. Historiquement, le hygge fait partie intégrante de la culture nationale danoise et est apparu à un moment où le Danemark perdait beaucoup de territoire au profit de l’Allemagne, de la Suède et de la Norvège. Il est donc le symbole de la reconquête danoise. Les Danois se voient comme une tribu et ont le sens de la communauté. La convivialité et la confiance les rendent aveugles les uns envers les autres.

Les migrants et les étrangers sont donc mis à l’écart et le hygge, profondément ancré dans l’esprit des Danois, est finalement un répulsif pour les minorités et l’opposition. Il est un facteur d’exclusion sociale. Dans le climat actuel, avec la crise migratoire que connaît l’Europe, le pays est devenu plus prudent et plus exclusif. Les politiques migratoires sont maintenant plus sévères et la xénophobie se diffuse, en ce moment, en Scandinavie. En 2016, le Danemark a voté une loi qui permet aux autorités de saisir des biens dont la somme est supérieure à 1360 € pour avoir la possibilité de rester sur le territoire. De plus, les émigrés ont connu une baisse de 45 % de leurs aides sociales. Ce qui est à l’origine de cette aversion des étrangers, c’est finalement la peur de la destruction de l’héritage culturel danois dont le hygge est une des manifestations et un des piliers.

Le hygge est certes sain mais il peut se révéler dangereux. Il annihile les débats intellectuels et les échanges concernant les problèmes personnels qui pourraient le perturber. Les Danois ont l’obsession du consensus. Puisque le Danemark est une petite nation, le consensus est de mise. Ceux qui pensent différemment ou qui parlent trop brisent le hygge. Avec le hygge, les Danois évitent donc les conflits, ce qui crée finalement un biais et cela peut évidemment appauvrir le débat démocratique. Ils évitent ainsi les sujets liés aux étrangers ce qui a pour conséquence que les étrangers ont du mal à se sentir acceptés. Enfin, ils craignent que les émigrés et les étrangers détruisent le hygge et donc le Danemark. Le hygge leur permet de rester dans leur zone de confort.

Toutefois, le problème n’est pas le hygge lui-même, mais c’est plutôt la façon de l’appliquer. Aujourd’hui, au Danemark, certains appellent à un nouveau hygge qui impliquerait compassion et gentillesse envers tous les êtres humains et non pas seulement envers ses proches.

Un concept typiquement danois ?

On peut trouver des équivalents du hygge dans d’autres pays même si cela semble de pâles copies tant le hygge est spécifique à la culture danoise. En France, certains ont rapproché ce concept du cocooning, finalement devenu ringard depuis l’invasion du hygge dans nos librairies et nos magasins. Selon Camilla Schousboe, les Français ont un potentiel énorme de bonheur : ils prennent plaisir à manger et à boire, à discuter pendant des heures mais ils sont moins forts pour prendre leur temps, se relaxer, évacuer leur stress et s’écouter. Les Français ont, en effet, peur de passer à côté de quelque chose. Ils se forcent à sortir et pour eux, c’est une honte de rester chez soi un samedi soir. Mais finalement le concept de hygge que nous avons vu débarquer chez nous en France ne serait-il pas une pure invention marketing ?

Le déjeuner des canotiers d’Auguste Renoir

C’est en tout cas l’idée que défend Charlotte Higgins dans son article The hygge conspiracy. Pour elle, nous achetons une invention britannique et ce concept marketing plutôt sympa que l’on colle à tous les types d’articles, permet de vendre des pulls en cachemire, du vin, des tartes véganes, des objets de décoration, des patrons de couture, des stages de yoga ou des voyages. La preuve en est, il suffit de regarder des banderoles publicitaires aux titres évocateurs :

  • Get Hygge With It!
  • Hungry For Hygge!
  • Ten Reasons to Hygge … It Will Make You Happier, Fitter and Slimmer! Give Your Home a Hygge

Le mot « Hygge » a même été élu mot de l’année par les dictionnaires Collins et Oxford avec Brexit et Trumpisme. Le Daily Telegraph a même proposé d’utiliser le mot-valise brygge, contraction de British et de hygge.

Un des best-sellers de Meik Wiking

Ce concept a, en fait, été créé par les maisons d’édition anglaises. Le terme est apparu pour la première fois dans un article sur le site web de la BBC en octobre 2015. Cet article a été lu par un million de personnes puis le sujet repris dans d’autres journaux. Plusieurs éditeurs y ont vu le sujet d’un best-seller, après La magie du rangement de Marie Kondo. Le mot « hygge » a été cité 40 fois dans des journaux nationaux en 2015 contre 200 fois en 2016.

C’est ainsi que les Anglais sont devenus les agents de la dissémination du hygge, comme si le concept venait de Londres.

 

Ce que je retiens

Même si le hygge a une face cachée (synonyme de repli sur soi et concept marketing), je pense qu’on peut retenir quelques éléments positifs de cet art de vivre à la danoise.

Voici donc la liste de ce que je retiens pour ma part :

  • partager et être solidaire
  • perdre du temps pour soi
  • faire des choses par soi-même
  • prendre son temps

En conclusion, il faut faire attention avec les tendances comme celles-là, et je peux en citer bien d’autres comme par exemple, le DIY en général, les huiles essentielles, l’aromathérapie, etc. Il ne faut pas être dupe car cela a toujours pour but de nous faire consommer. Réfléchir à deux fois et se renseigner auprès de personnes compétentes ou bien auprès de plusieurs sources d’informations est toujours mieux.

***

Webographie

2 commentaires sur « [Tendances] Hygge, le concept tendance au côté obscur »

  1. Ton article est très complet sur le sujet, et sans langue de bois : effectivement le hygge peut avoir un côté obscur si l’on ne l’applique pas de la bonne façon (peur du conflit, replis sur la tribu etc.) .
    Restons positif : le hygge est avant tout évocateur de bien-être et de partage, comme toi c’est ce que j’en retiens en tout cas !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour votre commentaire. Effectivement, de manière intrinsèque, le hygge témoigne du repli sur soi que vit en ce moment le Danemark. Il ne faut pas être dupe, cela a été aussi un vrai concept marketing, comme peut l’être le DIY. Il est d’ailleurs remplacé maintenant par le lagom suédois. Nous devons devenir des consommateurs éclairés et retenir l’essentiel : prendre soin de nous, de l’environnement et de nos proches avec des manières de consommer et des manières d’être plus responsables.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.