Comment avoir un dressing responsable ?

Cette semaine, j’ai participé à un événement intitulé « 5 gestes simples pour avoir un dressing responsable ». Cette soirée était organisée par La Belle Empreinte, Slo We Are et la boutique Dressing responsable où elle avait d’ailleurs lieu. Le thème de cette soirée, vous l’avez peut-être déjà compris, était la mode éco-responsable. Les organisateurs en sont tous des acteurs et des relais. Dressing responsable a ouvert ses portes, il y a un mois, à deux pas de la Gare de l’Est, mais le site web existe depuis quelques années déjà. Tous deux proposent des vêtements de marques engagées dans une démarche responsable, notion sur laquelle je reviendrais plus loin. La Belle Empreinte est une structure qui est en train de constituer une base de données pour aider les consommateurs à choisir des objets responsables que cela soit des vêtements, des meubles, etc. Enfin, Slo We Are est un média sur la mode éco-responsable qui propose également des Ecofashion Tour, des balades shopping pour découvrir des créateurs inscrits dans cette démarche.

Cette soirée, qui a eu lieu dans le décor cosy du Dressing responsable, s’est déroulée en deux temps : un quiz par équipe, suivi d’un échange autour du quiz et des cinq gestes simples pour être plus responsable en ce qui concerne sa garde robe. Au-delà des informations que j’ai apprises et de la connaissance la boutique, c’était un moment très convivial où j’ai échangé et rencontré des gens qui étaient eux aussi dans cette démarche. Le retour sur cette soirée est pour moi l’occasion, en ce Green Friday, d’écrire ce billet, pour lequel j’ai fait ma propre introspection, avant cette soirée, pour mettre en avant les actions que je faisais pour commencer à avoir un dressing éco-responsable.

Avant de vous faire part de ces actions, je tiens à faire un point sur la notion de « consommation écoresponsable ». Elle regroupe plusieurs aspects selon moi. Il y a tout d’abord l’aspect environnemental. Il s’agit d’utiliser le moins d’énergie et de ressources naturelles pour produire un objet, voire d’utiliser des ressources déjà existantes que l’on recycle. S’ajoute dans l’aspect environnemental, la bonne gestion de l’objet une fois qu’il est arrivé en fin de vie. Outre l’aspect environnemental, il y a aussi l’aspect humain. L’objet doit être fabriqué par des entreprises qui respectent leurs employés, leur donner de bonnes conditions de travail et les rémunèrent à leur juste valeur.

Acheter moins

Selon moi, l’acte d’achat peut constituer un véritable engagement. Certes, nous sommes obligés d’acheter pour satisfaire notre besoin de nous vêtir mais autant faire des achats raisonnés.

Tout d’abord, j’achète peu ou du moins j’achète les vêtements et accessoires dont j’ai réellement besoin. Bien sûr, je m’autorise, de temps en temps, un petit écart : un achat plaisir, un coup de cœur. Moi, j’avoue craquer surtout pour les vêtements vintage. Mais je reviendrai sur cela un peu plus tard. Pourquoi réduire ses achats ? Tout simplement parce que nous ne portons qu’une petite part de notre robe, environ 30% selon certaines études. Ces quinze dernières années, nous avons vu le développement de la « fast fashion ». Certaines marques créent au moins six collections par an, voire plus, et misent sur le renouvellement constant des magasins pour séduire les consommateurs. Elles créent des besoins que nous n’avons pas. Alors, il nous revient d’être des consommateurs éclairés et de savoir ce que nous achetons et pourquoi.

Acheter vintage

Avant d’acheter un vêtement ou un accessoire, je parcoure les boutiques vintage pour trouver ce que je veux en seconde main. En achetant vintage, vous êtes ainsi sûrs qu’aucune nouvelle ressource n’a été utilisée pour créer cet objet. De plus, ils sont généralement de meilleure qualité. Ils sont mieux coupés et il ont une réelle forme, contrairement aux vêtements vendus par les marques où c’est le corps qui donne au vêtement sa forme. Enfin, cela permet d’avoir un style unique, voire intemporel, à l’heure où les marques d’habillement nous font tous ressembler à des clones ! J’avoue avoir une vraie passion pour le vintage et voici mes adresses préférées :

Acheter responsable

J’ai profité la semaine dernière d’aller au Salon du Made in France pour rencontrer les gens qui ont créé une marque éco-responsable. J’en ai rencontré cinq : DAO, Hopaal, Aatise, La Gentle Factory et Caruus qui vient de lancer sa campagne de crowdfunding. Vous trouverez toutes les informations sur ces marques dans mon dernier billet. J’avais également fait un billet sur la marque Perus. Évidemment, il m’est impossible de citer toutes les marques qui sont dans cette démarche car elles commencent à être un certain nombre (ce qui est bon signe) mais vous trouverez le nom de nombreuses marques éco-responsables sur le site de Slo We Are

Mes sneakers Perus

Entretenir ces vêtements et accessoires

L’entretien est primordial pour que le vêtement dure le plus longtemps possible. C’est effectivement la mode qui a créé l’obsolescence programmée. En faisant des vêtements à bas coût et en renouvelant rapidement les collections, le vêtement devient rapidement obsolète : soit il s’est abimé trop vite, soit il n’est plus à la mode. Je lave mes vêtements à 30°C et j’utilise une lessive non agressive, que je fais moi-même. J’entretiens aussi régulièrement mes chaussures et mes sacs avec une crème au jojoba et du produit imperméabilisant pour qu’ils durent le plus longtemps.

Oui, ceci est bien de la lessive !

Réparer, customiser ou transformer

Réparer ses vêtements ou les faire réparer est un autre moyen que j’utilise pour prolonger leur vie. Je l’avoue, la retouche n’est pas mon domaine de prédilection. Même si je préfère largement la création, je passe du temps chaque mois à recoudre des chaussettes, des slips, des boutons, à réparer des accrocs et à changer des élastiques. Si vous ne savez pas le faire, vous pouvez aller chez un retoucheur professionnel. Il y en a forcément un dans votre quartier, le mien en compte au moins quatre ! Sinon, vous pouvez demander à une de vos connaissances de vous apprendre. De nombreuses structures proposent aussi des ateliers. A Paris, je peux citer La ressourcerie créative des Grands Voisins, La Maison du Zéro Déchet ou encore La Textilerie.

Une autre façon de redonner vie à un vêtement est de le transformer. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait récemment en transformant un vieux jean homme en jupe en denim et en wax. Vous trouverez aussi dans la boutique deux produits faits à partir de vêtements vintage : une robe à petits carreaux des années 1970 et une jupe plissée jaune avec de grandes fleurs blanches.

Recycler

Trier au moins deux fois par an, à chaque nouvelle saison, sa garde-robe est un bon moyen de se rendre compte que nous n’avons pas besoin de tout ce que nous avons acheté. C’est aussi un bon moyen de se débarrasser des vêtements râpés, arrivés en fin de vie, notamment pour ceux qui ont du mal à jeter.  Quand je veux me débarrasser d’un vêtement, s’il est encore en bon état, je le donne à une structure qui pourra le revendre à bas prix. S’il est vraiment usé, je le mets dans un point de collecte où je sais qu’il pourra être recyclé, notamment comme fibre pour l’isolation. Par contre, il faut s’assurer que le point de collecte que vous avez choisi a bien le label EcoTLC. Il existe, en effet, un véritable business avec les vêtements que vous déposez dans certaines bornes.

Fabriquer ses vêtements

En faisant mes vêtements, je me suis rendue compte du travail que cela représentait et de la valeur de ce savoir-faire. C’est cela qui m’a vraiment ouvert les yeux et qui m’a fait prendre conscience que je devais consommer autrement en matière de mode. C’est depuis ce moment-là que j’achète la plupart de mes vêtements ou que je les fais. Maintenant, un bon tiers de ma garde-robe est composé de vêtements vintage ou de vêtements que j’ai créés. Il est probable que, comme je prépare le CAP, ce taux augmente et j’en suis plutôt heureuse car, de tous les vêtements que j’ai faits, pas un n’est pour le moment usagé au point d’être recyclé. J’ai notamment changé de machine à coudre pour pouvoir fabriquer plus de vêtements et travailler des tissus plus épais comme les lainages ou le denim. Toutefois, quand on fabrique ses vêtements, il faut aussi faire attention à la provenance des tissus et des laines, ce qui est très difficile car il existe encore peu de choix dans les tissus labellisés Œko-Tex, un standard qui certifie du traitement des matériaux. J’avoue ne pas être convaincue encore par les tissus certifiés Œko-Tex mais j’utilise assez souvent du lin, une plante moins gourmande en eau que le coton.  J’opte aussi pour les produits de la boutique pour la récupération. Cela a été le cas pour les pochettes que j’ai créées.

S’engager

Enfin, vous pouvez également vous engager auprès d’associations ou participer à des actions. J’ai cité ci-dessus  Emmaüs, la Maison du Zéro Déchet, mais il y aussi de nombreux tiers lieux qui proposent des ateliers, des repair cafés, etc. Il existe aussi le mouvement Fashion Revolution, qui a commencé à la suite du drame du Rana Plaza, qui a fait 1100 morts au Bangladesh le 24 avril 2013. Tous les ans, à cette date anniversaire, des actions sont menées sous la bannière de Fashion Revolution, qui a notamment lancé le hastag #whomademyclothes, un moyen de faire prendre conscience aux consommateurs des drames humains engendrés par notre façon de consommer. Pour ma part, je m’engage dans ma boutique Etsy pour produire des vêtements et des accessoires fait main uniques et au juste prix du temps passé à les réaliser et aussi à travers ce blog où je vous parle de tout ce qui me tient à cœur et les valeurs pour lesquelles je me bats.

Pour en savoir plus, je vous conseille de lire ce document, très pédagogique, rédigé par l’ADEME, intitulé Le revers de mon look. Vous pouvez le télécharger en cliquant ici. Voici en tout cas une affiche qui résume le tout :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.