[CAP2019] Coudre une chemise ou un chemisier

Faisant partie d’un groupe Facebook d’entraide pour le CAP Métiers de la Mode – Vêtement flou, le défi du mois de novembre était de réaliser une chemise. La chemise est un classique du vestiaire aussi bien masculin que féminin et permet de réaliser quelques points techniques qu’il faut connaître pour se présenter au CAP. Ce billet n’est pas un tutoriel pas à pas pour réaliser une chemise mais je m’arrête sur les points techniques en partageant les tutoriels que j’ai suivis et les détails auxquels il faut faire attention, ainsi que quelques astuces.

J’ai mis du temps à réaliser ma première chemise après quelques tentatives avec des patrons erronés. Mais j’y suis enfin arrivée et je suis très fière du résultat même si, la chemise à peine terminée, je relevais déjà des imperfections. Je l’ai réalisée à partir d’une chemise des années 1970 en matière synthétique. Comme cette chemise m’allait bien mais que je ne voulais plus la mettre, préférant maintenant les matières naturelles, je l’ai tout simplement décousue et je m’en suis servie comme patron, avec quelques corrections évidemment.

Se servir d’un vêtement existant que nous aimons et qui nous va bien est un bon moyen d’avoir des vêtements à la bonne taille

J’ai choisi un très beau tissu à carreaux chez Sacrés Coupons parmi les tissus pour chemises homme. La boutique offre un très large choix et ces tissus sont de très bonne qualité. Personnellement, j’apprécie nettement plus les tissus homme, que de simples cotons unis dans lesquelles on réalise généralement des chemisiers pour femme.

Voici les points techniques que j’ai travaillés en faisant cette chemise :

  • La fente indéchirable
  • Le poignet
  • Le col
  • Les boutonnières et les boutons

La fente indéchirable

Grand classique à savoir maîtriser, la fente indéchirable n’est pas très compliquée à réaliser, si on fait quelques essais avant de se lancer sur une vraie manche. Je me suis appuyée sur le tutoriel de l’espace pédagogique de l’Académie de Poitiers, où vous trouverez d’ailleurs d’autres tutoriels.

Très bon tutoriel ! Après deux essais, c’est parti ! 

Outre la fente indéchirable, vous pouvez faire une fente capucin ou une patte chemisier avec faux ourlet, que l’on trouve généralement sur les chemises pour homme. Cette patte a l’avantage de bien cachée la fente. Vous pouvez la terminer en carré ou en pointe. Vous trouverez le tutoriel que le livre Techniques de détail à la loupe (tome 1) des Éditions ESMOD. Je vous conseille vivement d’acheter les quatre tomes.

Le montage du poignet

Pour le montage du poignet, là encore vous trouverez le tutoriel sur le site de l’Académie de Poitiers. Je vous livre tout de même quatre de mes petites astuces qui vous seront utiles si comme moi vous faites le choix de faire votre poignet avec deux pièces :

  • Pour le thermocollant, je vous conseille d’évider les coins avant de le poser. Former le coin sera alors plus facile et vous aurez moins d’épaisseur quand vous surpiquerez.
  • Quand vous assemblerez les deux faces du poignet, vous pouvez glisser un bout de fil afin de vous aider à former le coin. Quand vous arrivez au bout de votre côté, glissez le fil et faites un point en tournant le volant pour coincer le fil dans la couture. Tournez votre tissu pour coudre l’autre côté, soulevez le pied de biche et glissez le fil entre les deux tissus puis poursuivez votre couture. Au moment de retourner votre poignet pour forme les coins, il vous suffira de tirer sur le fil, après évidemment avoir évidé les coins et ouvert  les coutures
  • Au moment de surpiquer les poignets, vous pouvez glissez un fil dans les deux coins pour aider votre machine à passer cette épaisseur en tirant (doucement) sur le fil
  • Quand je surfile, je ne fais plus de point d’arrêt car cela fait une couture un peu épaisse et disgracieuse. Je rentre tout simplement les fils sur l’envers et réalise un nœud.

Le col

Pour ma part, contrairement aux nombreux tutoriels que vous pourrez voir, je ne mets pas de thermocollant sur les marges de couture. Pour réaliser mon col, j’ai utilisé la technique du fil citée précédemment pour faire de beaux angles et il faut surtout, quand vous repasser le montant de col uns fois retourné, veiller à faire rouler la couture en dessous pour qu’elle soit invisible une fois le col monté.

Les boutonnières et les boutons

La réalisation des boutonnières constituent une étape délicate. Tout d’abord, il faut veiller à les mettre du bon côté. Pour les femmes, les boutonnières se trouvent à droite et les boutons à gauche. Vous trouverez l’explication sur le site du Guichet du Savoir.

Pour placer les boutons, voici les règles à suivre :

  • Poser un bouton sur la ligne de poitrine
  • Poser un bouton sur la ligne de taille
  • Poser le premier bouton à 5 ou 6 cm du col

Je vous conseille de prendre votre temps et de faire des essais. La réalisation des boutonnières est une étape délicate. C’est l’exécution des finitions qui fait la qualité du vêtement. Une fois l’emplacement des boutonnières choisis, je vous conseille de faire plusieurs essais pour la taille des boutonnières avec les boutons que vous avez choisis. Pour ma part, j’adore ma nouvelle machine qui fait les boutonnières tout seule !

Pour les boutons, comme je n’ai pas l’élément adéquat pour les coudre avec ma machine, je les ai cousus à la main, ce qui est un bon entraînement pour le CAP. Ce tutoriel m’a vraiment sauvé la vie et maintenant, coudre des boutons n’est plus une corvée !

Une difficulté s’est ajoutée pour moi : les motifs. Le choix d’un tissu à motifs nécessite de réaliser des raccords : ici la ligne de taille et les épaules. Sachez que pour les carreaux, plus ils sont petits, plus cela est difficile. Je l’ai expérimenté en faisant deux chemises à carreaux, la première avant des grands carreaux, la deuxième avec des plus petits carreaux.

Raccords des coutures d’épaules

De plus, j’ai fait le choix de ne pas surjeter mes coutures mais de réaliser des coutures fermées : pour les épaules, des coutures ourlées et pour les côtés et les manches, des fausses coutures. Je trouve que ces finitions ont un meilleur effet et la chemise étant un vêtement près du corps, les coutures s’abimeront moins que si je les avais surjetées.

Coudre une chemise est un bon entraînement pour le CAP. Cela permet de réaliser quelques techniques qu’il faut savoir maîtrise pour l’examen. J’espère vous avoir donné envie de le faire, même si vous ne passez pas le CAP. Le tout est de se lancer !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.