[CAP2019] Le patronage

Autre matière à travailler pour l’EP1 : le patronage. Le patronage consiste à représenter à plat l’ensemble des éléments qui concourent à la réalisation d’un vêtement . Cette partie de l’EP1 consiste donc à transformer un patron selon des consignes précises qu’il faut suivre car, ne l’oublions pas, le CAP est un diplôme d’exécutant ! Il vous faudra toutefois connaître quelques bases de patronage.

Je commencerai par détailler les compétences évaluées et leurs critères et ensuite je vous expliquerai comment je me suis préparée à cette épreuve en vous donnant quelques conseils.

Les compétences évaluées et leurs critères d’évaluation

Pour savoir ce que le jury attend des candidats, il faut évidemment se référer au référentiel de l’examen, comme je l’ai fait pour les autres matières (histoire de la mode, technologies des textiles et matériel, couture, dessin de mode, PSE).

Les connaissances à avoir en patronage pour l’EP1

Le référentiel précise que le niveau demandé est de 2, ce qui signifie qu’il faut avoir de bonnes bases. Il détaille même quelques modifications simples à connaître : découpe, enforme, parementure, croisure.

Le référentiel de l’épreuve EP1 détaille les consignes données aux candidats :

  • Transformer un support existant de modèle simple
  • Relever tout ou partie d’un modèle
  • Finaliser le patron du modèle

La lecture des annales des années précédentes permet de connaître plus précisément les demandes faites aux candidats. On peut donc vous demander de :

  • Créer des éléments (c’est-à-dire tracer selon des mesures précises qui sont données) comme un dessous de poche, une fente capucin, etc.
  • Modifier une base de veste ou de corsage, par exemple en modifiant le bas
  • Ajouter une croisure
  • Construire une enforme ou un empiècement
  • Ajouter des plis

On vous demandera presque toujours d’ajouter les marges de couture et d’industrialiser le patron, ce qui signifie que vous devez y ajouter les informations suivantes :

  • le nom du modèle (ex. : Robe GABY)
  • le nom de la pièce (ex. : Devant droit)
  • le numéro de la pièce (ex. : 3/15)
  • la taille du patron (ex. : T. 38)
  • le nombre de fois où la pièce est coupée (ex. : x 2)
  • le droit fil (DL)
  • les crans

Cette partie est certes un peu technique mais finalement, ne m’a finalement pas demandé beaucoup de préparation.

Comment réviser le patronage ?

Avant toute chose, pour bien aborder cette épreuve, vous devez avoir le matériel adéquat. Sur ce sujet, je vous conseille de lire mon billet. Voici par exemple les règles et équerres pour tracer :

De gauche à droite : règle japonaise, équerre japonaise et pistolet

Pour ma part, je n’ai pas beaucoup travaillé le patronage. J’ai eu la chance de suivre durant deux années des cours municipaux d’adulte (CMA) à la Ville de Paris intitulés « Coupe-à-plat – initiation et perfectionnement ». Ces cours consistaient à tracer les patrons de base de la jupe et du chemiser, pour la première année, et celui du pantalon et de la veste pour la deuxième année puis à coudre les vêtements. J’avais donc déjà de solides bases pour aborder le patronage de l’EP1 !

J’ai tout de même suivi les cours du pack CAP d’Artesane (dont je parlerai dans un prochain billet), les modules 2 et 4, puis j’ai fait les exercices ce qui m’a permis de retirer quelques-uns de ces conseils.

Commençons par l’aisance, qui est essentiel si l’on veut rentrer dans les vêtements :

  • Tour de bras/manches : 10 cm
  • Tour de poitrine : 4 cm
  • Tour de taille : 2 cm
  • Tour de grandes hanches : 4 cm
  • Carrure dos : 1 cm
  • Carrure devant : 1 cm

La ceinture est toujours rectangulaire et voici la formule magique pour obtenir sa longueur : (Tour de taille devant x 2) + (Tour de taille dos x 2) + croisure

La croisure peut être fatale : si elle est trop courte, vous ne pourrez pas fermer votre vêtement ! Pour avoir la bonne largeur, ajoutez au milieu devant la largeur du bouton + (la largeur du bouton x 2). Pour rappel, le milieu devant est la ligne qui traverse les boutons en leur milieu. J’ai enfin compris ça !

Les pinces de côté devant doivent avoir la même longueur entre elles ainsi que les pinces de dos. La pince de côté devant doit être plus longue celle de côté dos.

Attention aux chapeaux de plis et de pinces ! Pour les obtenir, il faut plier le papier puis découper !

La platitude, c’est l’élément essentiel à connaître pour le patronage. Cela consiste à former un angle droit lorsque vous transformer une partie pour éviter de se retrouver avec des becs et donc pour pouvoir assembler vos vêtements ! Il faut la tracer sur les éléments suivants :

  • Encolure dos (platitude sur la moitié de sa longueur)
  • Encolure devant
  • Haut de l’emmanchure (côté épaule) dos
  • Haut de l’emmanchure (côté épaule) devant
  • Bas de l’emmanchure (côté aisselle) devant

Si vous retenez tout ça, vous êtes prêt•e pour le patronage !

Pour finir, voici quelques ouvrages que je vous recommande. Je ne les connais pas tous mais j’en ai eu de bons retours de la part d’autres couturiers et couturières :

  • Le vêtement féminin : modélisme, coupe-à-plat, Dominique Pellen, Editions dp studio
  • Le modélisme de mode, Teresa Gilewska, Editions Eyrolles
  • Devenir modéliste, Claire Wargnier, ESMOD Editions

Comme pour le reste des épreuves et des matières, je vous conseille de faire des annales. Cela permettra de vous entraîner et vous verrez que les connaissances et compétences demandées au CAP sont d’un niveau peu élevé.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.